The following is the original French of an excerpt from Bourgelat's letter appearing in Bonnet (1779, vol. 6, pp. 351-352) and quoted in translation in the text:

La crainte d'altérer la description anatomique de cette Jumarre en l'abrégeant trop m'engage à la transcrire ici presque mot à mot d'après la Lettre de M. Bourgelat. [new paragraph] Considéré extérieurement cet Animal avoit le front la mâchoire antérieure ou le mufle conformés comme dans le Taurean. [new paragraph] La tête ayant été dépouillée de ses enveloppes on trouva le crâne beaucoup plus arrondi que dans le Cheval; l'os frontal plus évasé; les os du nez plus enfoncés à leur partie supérieure; les orifices des fosses nasales beaucoup plus étroits; ses memes fosses, beaucoup plus resserrées; l'entrée de la fosse orbitaire, ronde, au lieu que dans le Cheval elle est ovale; le palais, beaucoup plus large & plus concave; la mâchoire antérieure plus courte d'un pouce & demi que la postérieure; la premiere ayant comme dans le Bœuf, au moins deux pouces de plus en largeur que la seconde. Chaque mâchoire étoit garnie de douze dents molaires six de chaque côté; celles de la mâchoire postérieure décrivant un arc de cercle en arriere. ... L'endroit qui répond aux barres du Cheval étoit applati, & son étendue d'un pouce & demi. Du reste tout l'intervalle qui sépare las incisives & les molaires étoit convexe, tandis que dans le Cheval il est concave. [new paragraph] Cette Jumarre n'avoit point de dents canines ou de crochets. Les incisives, qui font au nombre de huit dans la mâchoire postérieure du Boeuf, n'étoient ici qu'au nombre de six dans chaque mâchoire. Elles avoient un pouce & un quart de longueur. Leur position n'étoit pas verticale; elles inclinoient en avant de maniere que la mâchoire antérieure ne portois sur la postérieure que dans le point de la premiere incisive gauche. La langue ne différoit point de celle du Bœuf. [new paragraph] Les papilles ou mamelons y étoient aussi sensibles que dans celui-ci. [new paragraph] La glotte étoit proportionnellement beaucoup plus large que celle du Cheval. Ainsi, à en juger par le cri aigu de la bête, on ne diroit pas avec plusieurs Physiciens que la voix des Animaux est plus ou moins grave, suivant que l'ouverture de la glotte est plus ou moins large. [new paragraph] Les yeux ne différoient en rien à l'extérieur de ceux du Cheval mais on n'y remarquoit point ces prolongemens de l'uvée qu'on voit à la partie supérieure & inférieure de la pupille du Cheval. [new paragraph] L'estomac étoit unique & conformé précisément comme celui du Cheval mais il étoit beaucoup plus ample. [new paragraph] La ratte étoit de la même figure & de la même consistance que celle du Boeuf. [p. 352] [new paragraph] La vessie dans sa plus grande dilatation ne s'étendoit pas au delà de trois pouces. [new paragraph] La matrice étoit absolument semblable à celle de la Jument & de l'Anesse. Les trompes étoient fort dilatées & remplies d'une humeur blanchâtre aussi épaisse & aussi visqueuse que de la semence. L'onverture du pavillon étoit fort large. Les ovaires de la grosseur d'une fève, étoient très unis & molasses. [new paragraph] Du reste nulle vésicule du fiel & nulle différence dans la structure des autres visceres qui ressembloient en tout aux visceres de la Jument. [new paragraph] Enfin la myologie de cette Jumarre étoit parfaitement semblable à celle du Cheval. [new paragraph] M. Bourgelat termine sa relation en ces termes: 'Depuis ce temps nous avons ouvert & disséqué plusieurs Jumarts les uns Mâles les autres Femelles & vous pouvez être très certain que nous n'y avons jamais trouvé qu'un seul ventricule & nulle vésicule du fiel.